Le concours des meilleurs Ouvriers de France, une expérience forte

Etre Meilleur Ouvrier de France c’est vouloir partager sa passion, la transmettre, provoquer une émotion, l’art du travail parfaitement fait, les gestes précis.
Le concours des Meilleurs Ouvriers de France (MOF) se tient tous les 4 ans depuis 1924, il met à l'honneur l'excellence et la maîtrise du savoir-faire de plus de 200 métiers de l'artisanat et de l'industrie. Celui-ci se passe en deux étapes, une première épreuve qualificative évalue les fondamentaux du métier et l'épreuve finale récompense le niveau d’excellence et le travail exceptionnel du candidat.

Passer ce concours dans la catégorie lingerie corseterie soutien-gorge, a été pour moi une vraie épreuve, une période où on concentre tout son temps à travailler sur un idéal, la perfection esthétique et technique dans le métier que l’on a choisi.

Quand on se présente au concours, c’est généralement que l’on a quelque chose à prouver, à soi-même ou professionnellement. On cherche à s’évaluer et à montrer à nos pairs, à nos clients, que l’on a atteint un niveau d’excellence dans notre métier qu’il faut mettre en valeur.

 

Les grandes étapes

 

Les qualifications

Le concours se passe en deux temps, une première épreuve qualificative, qui évalue les fondamentaux du métier, même si l’esthétique à toujours son importance, c’est vraiment la qualité de la technique qui est importante dans celle-ci. Pour la préparer, les candidats ont quelques mois ( 2 ou 3), l’épreuve peut être à réaliser en loge avec un jury ou chez soi avec un rendu à remettre au comité d’organisation avant le passage devant le jury. Un courrier annonce le résultat.

Épreuve qualificative meilleur ouvrier de france lingerie corseterie soutien-gorge 2011 Soutien-gorge proposé lors de l'épreuve qualificative des Meilleurs Ouvriers de France option lingerie corseterie soutien-gorge, par Emmanuelle Poignan. Thème inposé "La Rose"

La finale

L’épreuve finale est l’occasion pour les candidats d'exprimer leur créativité, leur bon goût et toujours leur grand savoir-faire, tout en répondant parfaitement aux contraintes du sujet donné. Plusieurs mois de recherches et de préparation, intense, pour créer une vraie oeuvres accompagnée d’un dossier de présentation. La préparation peut être vraiment éprouvante, c’est une vraie expérience personnelle, de remise en question, de perfectionnement, il faut être le meilleur, innover, tester, le soutien de l’entourage est très important pendant cette période, même s’il est souvent un peu délaissé.
Comme pour les qualifications et suivant les métiers et les années, l’épreuve peut être en temps limité en loge ou à réaliser chez soi.

 

Concours ou diplôme ?

Le concours est devenu un diplôme d’état depuis 2011, il est toujours appelé concours mais c’est bien le niveau qui compte, la note doit être excellente pour avoir le prestigieux titre. Il peut y avoir plusieurs lauréats comme pas du tout. Chaque jury est composé d’un représentant de l’éducation national, un président, qui écrit les sujets et des professionnels du métier : entrepreneurs, formateurs, anciens meilleurs ouvriers de France. Les candidats sont anonymes.

 

La grande exposition des œuvres des nouveaux lauréats

Quand toutes les épreuves de tous les métiers sont passées, le comité appelé “COET” organise une grande exposition regroupant toutes les œuvres pouvant être présentée. C’est l’occasion de découvrir tous les différents métiers du concours et de savourer le talent et le savoir-faire exceptionnel de tous ces nouveaux lauréats Meilleurs Ouvriers de France.

Ou s’inscrire pour participer au concours ?

Les inscriptions et sujets du concours sont disponibles en accès libre sur https://www.meilleursouvriersdefrance.org/ , les différents référentiels des métiers y sont également présentés.

 

Après le concours

La presse est un grand tremplin pour diffuser autour des lauréats, article dans les journaux et télévision, l’information va très vite mais elle peut s'essouffler. Il est important de mettre en valeur son titre et son savoir-faire, tout au long de sa carrière : en partageant ses connaissance grâce à la formation, en participant à des événements, expositions, salons professionnels et en étant présent sur les réseaux sociaux et disponible pour la presse.

Reportage sur TF1

 

Plusieurs associations aident à promouvoir le titre : La Société des Meilleurs Ouvriers de France qui valorise également le concours des Meilleurs Apprentis de France et l’association SAF (Service à la Française) qui regroupe et forme les Meilleurs Ouvriers de France pour proposer leur service de formation à l’international.

 

Extrait de l’article du bulletin annuel national des Meilleurs Ouvriers de France 2017.

article bulletin annuel des Meilleurs Ouvriers de France 2017 Article du bulletin annuel des Meilleurs Ouvriers de France 2017

“Emmanuelle Poignan, jeune corsetière bretonne, remportait en avril 2011 le prestigieux concours de Meilleurs Ouvriers de France dans la catégorie lingerie, corseterie et soutien-gorge. Ils étaient au départ huit candidats postulants, mais finalement, seule Emmanuelle, à seulement 26 ans, remporta le défi lancé, d’imaginer et de réaliser une parure soutien-gorge et culotte corsetée en s’inspirant de l’univers de Tim Burton.

Il lui fallut deux années entières pour se préparer à cette 24ème édition, des mois de préparation sans relâche, depuis son atelier Lorientais, où elle se documente sur le réalisateur américain et son œuvre, où elle dessine, croque et conçoit plus de 50 patrons, esquisses et essayages. L’œuvre a été réalisée 5 fois avant le fameux passage en loge, afin d’adapter le temps de réalisation au temps imparti. Elle nous confiera de cette manière : « Je crois que j'ai travaillé plus de 700 heures pour préparer cette pièce. J'en ai passé des week-ends entiers à faire et refaire des patrons. J'en ai pleuré, j'ai mal dormi, mais le résultat est là ». En effet, la corsetière n’eut connaissance du sujet final que 7 mois en avance, mais fut réellement ravie du choix porté sur Tim Burton et s’immisça, sans attendre, dans cet univers, en reprenant les cicatrices, les gros yeux et les dents de ses petits monstres ainsi que les rayures caractéristiques. On lui imposa également comme matière, le satin duchesse surpiqué, plus épais et plus rigide que le satin de soie ordinaire, mais elle pu y ajouter sa touche personnelle, en embellissant la parure de finitions en biais de satin et de passementeries méticuleusement sélectionnées.
Le résultat final est réellement spectaculaire, plein d’esprit, le jury semble conquis et le diplôme est obtenu haut la main !”

http://www.cma56.bzh/morbihan/morbihan/

Abonnez-vous à la newsletter